top of page

Pourquoi le doudou est-il important pour l’enfant ?

Dernière mise à jour : 1 juin 2023

1.

L’étymologie du mot : « doudou »


L’ÉTYMOLOGIE 1985 ; redoublement enfantin de doux. Le mot « doux » représente tout ce qui est agréable comme le dit le Larousse doux : « du (latin dulcis) Qui produit une sensation agréable au toucher. Qui est sans violence, sans agressivité, sans méchanceté » [1]


La définition du mot : doudou :

« Objet fétiche, en général une peluche, dont les petits enfants ne se séparent pas et avec lequel ils dorment.[2] »


2. Qui a inventé « le doudou » ?


C'est Donald Winnicott, pédiatre et psychanalyste anglais, qui a écrit et théorisé à ce sujet en 1951. Il observait les nombreux enfants qu'il recevait en consultation. Il voyait que la majorité de ceux-ci utilisaient un tissu pour se réconforter dans les moments de séparation.


Pour lui, l'enfant vient au monde inachevé, démuni, sans possibilité de distinguer un intérieur et un extérieur et devant faire face à de nombreuses frustrations. L’objet transitionnel permet à l’enfant, selon Winnicott, de faire le pont entre sa relation primitive, c’est-à-dire fusionnelle avec sa mère ou sa figure d’attachement privilégiée, et le monde extérieur, tout en conservant un petit bout d’elle.


Le doudou est la première possession de l’enfant. Il a tous les droits sur lui : il l’aime passionnément, mais peut décharger sa colère sur lui, le maltraiter, il sera toujours là. C’est la notion de permanence de l’objet, qui l’aidera progressivement à se détacher de sa figure d’attachement : la personne existe en dehors de lui.


Le doudou est un objet transitionnel qui permet à l’enfant de faire le pont entre sa relation fusionnelle avec sa mère, et le monde extérieur, tout en conservant un petit bout d’elle.


3. Le doudou a la crèche pourquoi ?


il est possible qu’à la maison, votre enfant, dans son univers connu et sécurisant et sans séparation d’avec son parent, n’ait pas eu besoin de doudou jusqu’à présent. En arrivant à la crèche, c’est un monde nouveau qui s’offre à lui, avec toute sa richesse mais aussi son lot de craintes. Le doudou l’aidera alors à faire la transition entre le domicile et la collectivité, à se rassurer : en le serrant contre lui, votre enfant pourra prolonger le sentiment de sécurité qu’il ressent chez vous, en votre présence.


C’est un outil précieux, pour lui et pour les professionnels, pour assurer son bien être au quotidien !


Le doudou est laissé à disposition de l’enfant, qui sait où le trouver lorsqu’il en éprouve le besoin. C’est en ayant cette autonomie que l’enfant pourra plus tard s’en détacher.


Nous veillons cependant à ce que le doudou ne se substitue pas au réconfort d’un adulte ! En effet, si l’on donne le doudou à l’enfant dès qu’il pleure, sans remettre en mots son émotion, il ne fera pas la différence entre peur, douleur, fatigue, frustration… De plus, proposé comme solution unique à tout sentiment « envahissant » le doudou deviendrait fétiche, et entraînerait une dépendance de l’enfant.



4. Et si on partait plus loin …


L’adoption d’un nounours et de façon plus générale d’un « doudou » par les tout-petits semble être surtout un usage occidental.


Le doudou, peluche ou simple bout de tissu, constitue, selon les pédopsychiatres, un objet transitionnel. Il permet aux jeunes enfants de gérer le stress la séparation d’avec leur mère.


Dans les sociétés plus traditionnelles que l’on trouve en Afrique ou en Asie, par exemple, la proximité physique est plus importante entre la mère et ses enfants et dure plus longtemps.


Les enfants ressentiraient donc moins le besoin d’avoir un nounours. Et si le cas se présentait, les enfants trouveraient un substitut comme le boubou que leur mère utilise pour les porter, voire tout simplement leur pouce comme tous les bébés du monde…


[1] https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/doux/26658 [2] https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/doudou/26620

66 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Komentarze


bottom of page